La France et la Pologne renforcent leur coopération militaire

A l’occasion d’un sommet bilatéral qui s’est tenu le 5 novembre à Paris, la France et la Pologne ont annoncé le renforcement de leur coopération militaire dans ‘une déclaration commune.

« Nos intérêts de sécurité sont étroitement liés. Toute menace contre les intérêts fondamentaux de sécurité de l’un de nos deux pays portera atteinte aux intérêts de l’autre pays » rappelle le document, publié à l’issue du sommet.

Concrètement, Paris et Varsovie sont d’accord pour agir en faveur de la Politique européenne de sécurité et de défense (PESD), notamment en matière de capacités militaires.

« Nous nous engageons à développer nos capacités militaires et civiles et prendre part aux opérations menées par l’UE et l’Otan » indique la déclaration commune. Les deux pays ont également décidé de soutenir en commun les programmes portés par l’Agence européenne de défense.

Par ailleurs, la France et la Pologne vont intensifier les échanges d’officiers en formation dans leurs écoles militaires respectives via l’initiative appelée « Erasmus militaire » dont le principe avait été adopté l’an passé lors de la présidence française de l’Union européenne. Les liens entre les forces spéciales des deux pays sont appelés à se renforcer.

Sur le plan de l’industrie militaire, des partenariats seront conclus, notamment dans le domaine de la défense aérienne, avec MBDA pour la France et Radwar, Pit ainsi que Bumar pour la Pologne. La construction navale militaire n’est pas en reste puisque la déclaration commune parle de « faciliter un partenariat insdustriel stratégique » entre le français DCNS et les chantiers navals polonais SMW.

Pour le président Sarkozy, cet « engagement de la Pologne au service d’une politique européenne de défense est un tournant extraordinaire ». On se souvient en effet de la polémique qui avait éclaté lors de la vente d’avions américains F16 destinés aux forces aériennes polonaises et les questions soulevées par l’atlantisme affiché de Varsovie, notamment lorsqu’il était question de l’invasion de l’Irak par les Etats-Unis.

« Nous sommes au début d’une nouvelle action en faveur d’une Europe de la sécurité » a répondu Donald Tusk, le président polonais, qui a par ailleurs indiqué que les questions de défense feraient parties des priorités de la présidence de l’UE que son pays assumera en 2011.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].