Nouveau retard pour l’A400M?

Le programme d’avion de transport militaire A400M n’a pas été épargné par les contre-temps. Au cours de ces derniers mois, et devant les difficultés rencontrées, certains clients avaient évoqué une solution alternative à l’appareil européen. .

En raison des retards accumulés et pour sauver l’A400M, il avait donc été décidé, cet été, au Castellet (Var); de renégocier les clauses du contrat liant le constructeur aéronautique, en l’occurrence EADS, et les sept pays partenaires du programme.

Ainsi, les Britanniques, qui avaient menacé de se tourner vers la concurrence américaine, ont d’ores et déjà accepté de réduire leur commande à 19 appareils au lieu de 25 pour le même prix, ce qui représente une hausse de 31% pour chaque exemplaire. En fait, les clients de l’A400M n’ont que deux alternatives : soit ils auront moins d’avions pour le même prix et c’est le choix qu’a fait Londres, soit ils acceptent de payer plus cher chaque appareil.

Seulement, l’Allemagne ne semblerait pas disposée à faire d’effort sur ce dossier. Et ce qui complique l’affaire, c’est  l’arrivée au sein du gouvernement allemand des libéraux du FDP, le parti avec lequel la CDU d’Angela Merkel s’est associé pour remporter les dernières élections législatives. Pour ces derniers, il est impératif de baisser le nombre d’A400M commandés pour réduire les dépenses militaires. Au lieu de 60 avions, les forces aériennes allemandes n’en recevraient que 49. Dans ces conditions, et si l’objectif affiché et de réaliser des économies, il n’est donc pas question de payer des appareils plus chers.

Alors que l’A400M poursuit son développement conformément au nouveau calendrier établi étant donné qu’un premier vol aura lieu avant la fin de cette année, le programme pourrait être une nouvelle fois retardé en raison des atermoiements de Berlin. En effet, il est fort probable que la signature d’un nouveau contrat soit repoussée, afin de permettre aux Allemands de négocier leurs conditions. Il serait même question d’un nouveau moratoire de quelques mois supplémentaires…

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].