Le Koweit confirme son intention d’acheter le Rafale

A l’issue d’une tournée dans les pays du golfe persique, en février dernier, le président Sarkozy avait fait part de discussions portant sur l’achat par le Koweit de 14 à 28 exemplaires de l’avion de combat Rafale.

Depuis, le ministre koweitien de la Défense, Cheikh Jaber al-Hamad al-Sabah, a plusieurs affirmé l’intérêt que porte son pays au dernier fleuron de l’aviation militaire française. « Les Rafale sont des avions excellents mais la décision (de leur achat) appartiendra aux forces armées koweitiennes. Nous aimerions beaucoup les avoir au sein de nos forces armées » avait-il déclaré le 13 mars. « Les équipements sont d’excellente qualité, les techniciens koweitiens sont revenus admiratifs », avait-il ajouté en faisant référence à une visite d’une délégation koweitienne à qui l’appareil avait été présenté.

En juin, Cheikh Jaber al-Hamad al-Sabah avait confirmé son impression sur le Rafale. « La haute qualité de l’avion de chasse français et sa technologie avancée mérite une attention particulière » avait-il alors estimé.

Enfin, le 21 octobre, à l’issue de la signature d’un accord bilatéral de coopération militaire avec la France, le ministre koweitien de la Défense a indiqué que son pays est tout à fait disposer à acquérir des Rafale en fonction de la proposition  française qui ne manquera certainement pas de lui être communiqué rapidement.

« Bien évidemment, nous serions fiers d’avoir le Rafale (…) Nous espérons voir une offre bientôt à ce sujet » a ainsi déclaré Cheik Jaber al-Hamad al-Sabah. « Nous avons donné le feu vert et nous allons laisser le soin aux groupes techniques d’étudier en profondeur les détails » a-t-il ajouté. Toutefois, aucune précision n’a été donnée sur le nombre d’appareils que souhaite acquérir le Koweit. Initialement, il était question de 14 à 28 exemplaires. Dans l’entourage du ministre, le nombre de 36 a été avancé.

Cela étant, la signature de l’accord de coopération en matière de défense entre la France et le Koweit, en plus de cette vente probable de Rafale, marque la volonté de Paris de s’impliquer davantage dans le golfe Persique, notamment après l’ouverture d’une base française aux Emirats arabes unis. La France a « décidé de retrouver toute sa place et jouer tout son rôle pour assurer la sécurité et la stabilité de cette région stratégique » a affirmé, hier, Hervé Morin, le ministre de la Défense. Les pays du Golfe « savent qu’il peuvent trouver en la France un deuxième partenaire, ami des Américains, mais avec sa propre vision de la sécurité et de la stabilité du monde » a-t-il ajouté.

Les commentaires sont fermés.