Des pirates somaliens attaquent le BCR Somme

La fin de la mousson et le retour d’une mer plus calme ont ravivé l’activité des pirates somaliens. Si la tactique utilisée par ces derniers restent la même, il apparaît cependant que de plus en plus d’attaques sont menées pendant la nuit, comme le suggère les abordages récents de deux navires commerciaux.

Seulement, attaquer de nuit peut présenter des avantages, mais aussi des inconvénients. Ainsi, le bâtiment de commandement et de ravitaillement (BCR) Somme a été la cible de deux bateaux pirates, dans la nuit de mardi à mercredi. Selon toute vraisemblance, les bandits de mers auraient confondu le navire de guerre français avec un cargo.

« L’attaque est survenue vers 01H00 locale, à 250 miles nautiques (ndlr: environ 460 kilomètres) au large des côtes somaliennes alors que La Somme faisait route vers des frégate de l’opération Atalante pour les ravitailler » a précisé l’amiral Christophe Prazuck, le porte-parole de l’Etat-major des armées (EMA).

Et bien évidemment, attaquer un navire militaire expose à une sérieuse déconvenue. Les assaillants ont ouvert le feu, avec des Kalachnikov, sur le BCR Somme avant d’être pris en chasse, à leur tour, par les marins français. Un des deux skiffs pirates « s’est immobilisé après une heure de poursuite, l’autre parvenant à prendre la fuite » a indiqué l’amiral Prazuck.

Bilan : cinq pirates ont été arrêtés. Ils sont encore en détention à bord du BCR Somme. En revanche, rien n’a été trouvé à bord de leur embarcation. Selon le porte-parole de l’EMA, les assaillants auraient « tout jeté par-dessus bord » avant leur interpellation.

Depuis l’été dernier, et en remplament du BCR Var, La Somme accueille à son bord l’état-major de l’amiral commandant la zone maritime océan Indien (ALINDIEN).

Ce n’est pas la première fois que des pirates somaliens se méprennent sur un navire. En effet, en mai dernier, la frégate Nivôse a connu la même aventure que le BCR Somme.

Le bateau français avait alors laissé les deux skiffs hostiles avant de faire volte face, de faire décoller son hélicoptère Panther et de mettre à l’eau le Zodiac des fusiliers marins. Les marins du Nivôse avaient même réussi à mettre la main sur une troisième embarcation pirate, qui servait de « bateau-mère ». Outre les armes saisies, 11 bandits avaient été arrêtés.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].