L’état-major britannique planifie un renfort de son contingent en Afghanistan

Politiquement, la question est sensible. L’opinion publique britannique étant majoritairement hostile à l’engagement de son armée en Afghanistan, la presse londonienne prêtait, récemment encore, l’intention au Premier ministre Gordon Brown de préparer le terrain à l’annonce d’un retrait partiel des troupes avant la tenue des élections générales prévues en juin 2010.

Le contingent Britannique est fort actuellement de plus 9.000 hommes, après avoir été renforcé de 900 militaires supplémentaires avant le scrutin présidentiel afghan du 20 août dernier. Selon l’analyse du Times publiée il y a trois semaines, ce supplément d’effectif aurait pu permettre à l’hôte du 10 Downing Street de faire un effet d’annonce sans pour autant boulverser le dispositif en place.

Seulement, pour appliquer la stratégie contre-insurrectionnelle qu’il préconise, le général américain McChrystal, le commandant de la Force internationale d’assistance à la sécurité (ISAF) a besoin de renforts. Pour l’instant, aucun chiffre n’a été avancé mais pour le New York Times, il s’agirait d’obtenir entre 10.000 et 45.000 hommes supplémentaires pour tenir le terrain.

Or, d’après le Times de ce 22 septembre, le ministère de la Défense (MoD) serait en train de planifier l’envoi d’un millier d’hommes en renfort (voire 1.500 selons certaines sources), et cela, en concertation avec le Pentagone, le quotidien londonien allant même jusqu’à parler de « plan chorégraphié ».

Pourtant, officiellement, Gordon Brown n’a fait aucune promesse quant à une hausse des effectifs du contingent britannique en Afghanistan, d’autant plus que l’issue de l’élection présidentielle afghane reste incertaine et que la nouvelle stratégie de l’Otan dans le pays n’est pas encore sur les rails. Et selon lui, la priorité est « d’afghaniser » le conflit. « Je pense que nous pourrions avoir 50.000 soldats afghans de plus formés pour l’année à venir (…) afin de donner aux Afghans une responsabilité plus importante dans la gestion de leurs propres affaires » a-t-il déclaré lors d’un déplacement en Afghanistan.

Du côté de Paris, il n’est pas question non plus d’envoyer les effectifs pour les opérations dans le pays. Comme Zone Militaire l’a indiqué le 3 septembre, le dispositif militaire français va être réorganisé à compter du 1er novembre prochain, afin de former une brigade qui sera placée sous le commandement du général Druart. En fait, les effectifs ne varieront pas globalement : l’idée est de retirer la composante navale de la mission Enduring Freedom afin de renforcer les forces terrestres.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].