Plus de moyens contre les bombes artisanales en Afghanistan

Dans son rapport d’évaluation stratégique de la situation en Afghanistan, le général Stanley McChrystal, le commandant de la Force internationale d’assistance à la sécurité (ISAF) et des troupes américaines de l’opération Enduring Freedom, n’a pas explicitement demandé l’envoi de renforts supplémentaires.

Cependant, selon le New York Times, les effectifs du contingent américain dans le pays pourraient bien être prochainement augmentés. Le général McChrystal devrait recommander, d’ici au mois d’octobre, l’envoi de 10.000 à 20.000 hommes de plus. Ce que le président Obama, qui a lui même nommé cet officier, aura vraisemblablement du mal à refuser, sauf à se déjuger.

« Nous devons étudier quelles sont les forces diponibles et combien cela coûterait » avant de faire une recommandation au président, a nuancé cette semaine Robert Gates, le secrétaire à la Défense, qui a également rappelé sa réticence à envoyer d’importants renforts en Afghanistan, ce qui pourrait devenir contre-productif dans un pays qui est rétif à toute présence étrangère. Cela étant, et d’ici à la fin de l’année, les troupes américaines seront fortes de 68.000 soldats pour faire face à l’insurrection talibane.

En attendant, outre la question des renforts, le problème des bombes artisanales posées sur le bord des routes, encore appelées « Engins explosifs improvisés » ou IED, constitue une priorité.

En effet les attaques par IED au mois d’août représentent 90% des pertes américaines en Afghanistan. En 2008, 3.276 bombes artisanales ont été découvertes, que ce soit avant ou non leur explosion, soit une hausse de 45% par rapport à l’année précédente. Le nombre des militaires de la coalition tués par ce mode d’attentat a également augmenté significativement, passant de 75 à 161. Il est estimé que 722 soldats ont été blessés par des IED.

Ces niveaux n’ont rien à voir avec l’Irak, où se mode d’action a été massivement utilisé par les insurgés. En 2006, on comptait 24.302 bombes artisanales, contre 8.999 en 2008, ce qui reste toujours bien plus élevé qu’en Afghanistan.

Pour protéger les soldats déployés sur le théâtre irakien de cette menace, le Pentagone avait commandé des véhicules MRAP (Mine Resisting Ambush Protected), au blindage renforcé, qui dévie les explosions vers l’extérieur. Seulement, l’utilité de ces véhicules pour les guerre contre-insurrectionelles est sujette à caution, du fait du difficile compromis à trouver entre la protection que ces blindés offrent, leur mobilité et leur apparence, qui peut être perçue menaçante par les populations civiles dont il faut pourtant conquérir « les coeurs et les esprits ».

Mais le fait que l’emploi de ces véhicules a permis de réduire notablement les pertes américaines en Irak. Aussi, le secrétaire à la Défense américain a déclaré, lors d’une visite de l’usine de Lockheed-Martin au Texas, que des versions tout-terrain de ces MRAP seraient envoyées en Afghanistan à partir d’octobre prochain. L’accent est également mis sur la détection de ces IED. « Nous sommes en train d’étudier la mise en place de moyens de surveillance et de reconnaissance supplémentaires » afin de les repérer, a également précisé Robert Gates.

Photo : Cougar 6×6 HE MRAP

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].