Un autre commandant taliban a été tué

Le 1er juin dernier, l’armée britannique annonçait que le mollah Mansour, présenté comme étant un des « leaders taliban les plus dangereux » de la province du Helmand, avait été tué avec plusieurs activistes au cours d’un raid aérien mené par des hélicoptères de combat Apache.

Qelques jours plus tard, le 9 juin, un autre commandant taliban, le mollah Mustafa, ainsi que 16 combattants, ont perdu la vie lors d’une frappe aérienne.  « Les forces de la coalition ont repéré Mustafa après qu’il ait quitté son repaire à bord d’un véhicule. Après s’être rendu dans une zone reculée, il a été rejoint par plusieurs insurgés » a indiqué l’armée américaine par voie de communiqué.

Le mollah Mustafa se cachait dans la province de Ghor, dans le district montagneux de Sharak. Le raid aérien a été décidé alors qu’il allait distribuer des engins explosifs improvisés (IED) à des hommes qu’ils l’avaient rejoint à un point de rendez-vous situé non loin de sa base, où la présence de sentinelles armées avait permis préalablement de l’identifier comme étant un reponsable du mouvement taleb.

Selon les rapports du renseignement américain, le mollah Mustafa était à la tête d’une centaine de combattants. Par ailleurs, il aurait entretenu des contacts avec des membres des Forces Qods, les forces spéciales des Gardiens de la Révolution islamique (GRI) en Iran. Cependant, un porte-parole de l’armée américaine a assuré qu’il n’est pas question de conclure que « l’Iran soutient les taliban ».

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].