Des AWACS pour l’Afghanistan

L’Allemagne assure près de 51% des rotations aériennes pour le compte de la Force internationale d’assistance à la sécurité (FIAS/ISAF), la composante de l’Otan déployée en Afghanistan. Depuis l’été dernier, Berlin a demandé l’envoi sur ce théâtre d’opérations de cinq avions-radar E-3A AWACS de la Force aéroportée de détection lointaine et de contrôle de l’Otan (Nato Airborne Early Warning & Control Force – NAEW&CF) afin de réguler le trafic aérien en constante progression (+50% en 2008) et qui va s’accroître avec l’arrivée des renforts américains dans le pays.

Seulement, l’Allemagne s’est heurtée à un refus de la France. Motif : pour Paris, le plus important est de donner plus de moyens pour la protection des troupes au sol et le renseignement. Cette question a finalement été tranchée ce 12 juin, lors de la réunion des ministres de la Défense des 28 pays de l’Otan.

Ainsi, trois ou quatre E3A Awacs seront prochainement mobilisés pour assurer le contrôle du trafic aérien au-dessus de l’Afghanistan. Cette décision a été rendu possible dès jeudi, la France ayant levé son opposition tout en y mettant des restrictions financières.

Ces appareils ne seront pas stationnés en Afghanistan, du moins dans un premier temps. Ils devraient opérer à partir de la Turquie, pays membre de l’Alliance atlantique et présent militairement à Kaboul.

La NAEW&CF est la seule force aérienne multinationale pleinement intégrée. Elle compte une dizaine de Boeing E3A Awacs, acquis dans les années 1980 par 16 pays membre de l’Otan afin d’assurer le contrôle des opérations aériennes en cas de confrontation avec les forces de l’ancien Pacte de Varsovie. Régulièrement, la NAEW&CF est sollicitée pour assurer la couverture des grands évènements internationaux, notamment en Europe.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].