Le Charles de Gaulle de nouveau en rade

Le porte-avions nucléaire Charles de Gaulle, le fleuron de la Marine nationale, avait terminé son indisponibilité périodique pour entretien et réparation (IPER) d’une durée de 15 mois, en décembre dernier.

Selon le programme qui lui avait été fixé, il devait mener, jusqu’au printemps, une campagne d’entraînement et de qualifications pour les personnels de l’aéronautique navale appelés à servir à son bord.

Seulement voilà, ses activités à la mer viennent d’être suspendues, ce 13 mars, par l’amiral Forissier, le chef d’état-major de la marine. Au cours des récentes sorties en mer du bâtiment, des vibrations anormales ont été constatées dans son compartiment de propulsion. D’après la Marine nationale, deux pièces d’accouplement reliant deux des quatre turbines du porte-avions présenteraient de signes d’usure prématurée.

Des examens et des analyses portant sur des données techniques vont être menés afin de d’établir les mesures qu’il conviendra de prendre pour que les choses rentrent dans l’ordre. Cela étant, le porte-avions pourrait de nouveau être immobilisé pour une durée allant de quelques semaines à plusieurs mois.

Photo : (c) Marine nationale

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].