Trop d’arrêts maladie au 42e Régiment de Transmissions

Est-ce le climat mayennais ou l’environnement militaire qui tranche trop avec les habitudes de la vie civile qui ne conviennent pas aux jeunes recrues du 42e Régiment de Transmissions de Laval? Pour le chef de corps de cette unité, le colonel Christophe Follet, la deuxième hypothèse semble la bonne.

En effet, il a été constaté, au sein du régiment, une inflation anormale d’arrêts maladie qui touche essentiellement des personnels « peu pénétrés des exigences du métiers des armes. »

Pour lutter contre ce phénomène qui compromet « dangereusement la capacité opérationnelle » de son régiment, le colonel Follet a écrit, le 10 février dernier, aux 202 médecins du département pour dénoncer certains arrêts maladie « parfois abusifs » et leur demander de l’aider à « identifier ces cas et contrinuer à réduire le taux d’absentéisme en le limitant aux pathologies avérées. »

Seulement, le syndicat départemental des médecins libéraux de la Mayenne, s’étant senti méprisé, a très mal pris l’initiative du colonel Follet. Son président, le Dr Luc Dusquenel, s’est fendu d’une réponse aux accents pour le moins excessifs. « Au risque de vous décevoir, écrit-il au chef de corps du 42e RT, sachez que vous ne trouverez aucun médecin mayennais pour accomplir vos basses besognes. » Et de poursuivre : « outre le secret médical, ils piétineraient l’essence même de leur métier », étant probablement entendu que chaque engagé n’ait pas de dossier médical militaire…

« Comment osez-vous proférer une telle demande qui ne peut que rappeler les pages les plus sombres de notre histoire? » s’interroge encore le Dr Dusquenel, oubliant sans doute qu’il s’agissait de jeunes recrues ayant signé un contrat d’engagement et non de personnes traquées par des fonctionnaires zélés du régime de Vichy. Quoi qu’il en soit, le praticien a jugé bon d’informer le ministère de la Défense de la demande du colonel Follet, dont le régiment devrait être prochainement dissous dans le cadre de la réforme de la carte militaire.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].