Des soldats français musulmans ont refusé de partir en opex

Selon le blog Secret Défense, des soldats français de confession musulmane ont refusé « de partir en opérations extérieures » en prétextant des raisons religieuses, c’est à dire qu’ils ne souhaitaient pas combattre leur coreligionaires, notamment en Afghanistan.

« Le refus de partir en mission pour des raisons confessionnelles est un micro-phénomène qui concerne moins de cinq cas par an » a déclaré à l’Agence France Presse le colonel Benoît Royal, du Sirpa-Terre, tout en confirmant l’information révélée par Secret Défense.

Ces cas traduisent, toujours selon l’officier, « une erreur de compréhension du sens de leur engagement qui consiste à porter les armes de la France pour défendre ses intérêts et ses valeurs en tous temps et en tous lieux ».

Le colonel Royal a par ailleurs indiqué qu’une « procédure disciplinaire est systèmatiquement engagée en cas de refus de partir en opération, aboutissant dans la plupart des cas à une résiliation de contrat. »

Comme le rappelle Secret Défense, il est impossible de connaître le nombre exact de militaires français musulmans, en raison de l’interdiction d’établir des fichiers basés sur des critères religieux.

Cependant, un rapport intitulé « Les militaires français issus de l’immigration », publié à l’automne 2005 par Christophe Bertossi, de l’Institut français des relations internationales (IFRI), estimait que les effectifs de l’armée française comptaient entre 10 et 20% de soldats musulmans.

Selon cette étude, ces derniers se montrent « aussi patriotes que les autres. « Ils n’ont pas de problème d’allégeance » et « ils se sentent français. La carte d’identité du pays d’origine est vécue uniquement comme une facilité pour aller visiter la famille » avait affirmé à l’époque Christophe Bertossi.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].