Algérie : carnage aux abords d’une école de gendarmerie

L’école de gendarmerie des Issers, à une soixantaine de kilomètres à l’est d’Alger, a été frappée, le 19 août, par un attentat suicide qui a fait, selon un dernier bilan, 43 morts et 45 blessés. Les victimes sont principalement de jeunes civils qui devaient passer un concours afin de devenir gendarmes.

Un kamikaze a précipité une voiture chargée d’explosifs contre l’entrée principale de l’établissement. L’explosion qui a suivi aurait été entendue à plusieurs kilomètres de distance.

Le bilan de cette attaque est aussi lourd que celles qui avaient endeuillé Alger, le 11 décembre 2007. Près de 41 personnes avaient trouvés la mort lors de deux attentats simultanés qui avaient visé le Conseil constitutionnel et des bâtiments de l’ONU. Ces actions avaient été revendiquées à l’époque par Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI).

Or, selon le forum islamiste al-Ekhlass, fréquemment utilisé par la nébuleuse terroriste pour diffuser des communiqués, l’attentat des Issers aurait également été commis par l’AQMI.

Plusieurs actions terroristes, visant principalement les forces de l’ordre, ont été menées par les activistes de l’AQMI au cours de ces dernières semaines. Dimanche, au moins 8 policiers et 3 militaires ont été tués dans une embuscade à Skikda, dans l’est du pays. Récemment encore, l’AQMI a revendiqué l’attaque du 23 juillet contre un convoi militaire Lakhdaria et celle du 3 août lancé à Tizi Ouzou. Les islamistes ont par ailleurs contredit les autorités algériennes sur le bilan de ces attentats.

Ainsi, à Lakhdaria, où un certain Abdul Malik Abu al-Bara’a a fait exploser sa moto lors du passage d’un convoi militaire, le bilan donné par la presse algérienne faisait état de 13 blessés. Or, pour l’AQMI, l’attaque aurait fait 13 morts parmi les militaires. A Tizi-Ouzou, où un commissariat de police a été pris pour cible, le ministère algérien de l’Intérieur a parlé de 25 blessés alors que les islamistes affirment que 25 membres des forces de sécurité ont été tués.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].