Sondage : Les Français désapprouvent la réforme des armées

Le sondage de l’IFOP, intitulé « Les Français et leur armée », que le Journal du Dimanche a publié cette semaine est intéressant à plus d’un titre. Si près de 88% des personnes interrogées ont plutôt une bonne opinion des militaires et des gendarmes, elles ne sont plus que 81% à avoir la même appréciation à l’égard des policiers. Seuls les pompiers font l’unanimité, avec 100% d’opinions favorables.

Le diable se nichant dans les détails, l’analyse des réponses données en fonction de l’âge, des opinions politiques et du statut social des personnes interrogées permet de mettre en évidence certaines tendances. Ainsi, les catégories qui ont une image plutôt mauvaise de l’armée sont sont les jeunes de 25 à 34 ans (17%), les cadres supérieurs et les professions libérales (24%) et les sympathisants de l’extrême gauche et des Verts (respectivement 26 et 24%).

Qu’un des plus faibles taux de bonnes opinions à l’égard des militaires soit le fait des cadres supérieurs et des professions libérales traduit l’existence d’un certain antimitarisme au sein de cette couche sociale plutôt aisée. Avec 30% d’opinions plutôt mauvaises, les policiers ne sont pas mieux lotis que les militaires auprès de cette catégorie. A contrario, ce sont les ouvriers (à 93%), ainsi que les artisans et commerçants (à 92%) qui ont plutôt une bonne opinion des militaires.

Sur le plan politique, 83% des électeurs de gauche ont plutôt un avis favorable sur les militaires. Les sympathisants du Parti socialiste et du Parti communiste, avec respectivement 86% et 85% de bonnes opinions, se démarquent des autres mouvements comme celui des Verts ou encore ceux de l’extrême gauche (74%). Le pourcentage d’opinions favorables est de 88% chez les sympathisants du Modem de François Bayrou, de 94% pour ceux de l’UMP et de 90% pour les gens qui se disent proches du Front national.

Enfin, 95% des électeurs, au premier tour, de Nicolas Sarkozy ont une opinion plutôt positive des militaires. Près de 87% des personnes interrogées ayant voté François Bayrou partagent ce sentiment, comme 82% des électeurs de Ségolène Royal.

Quant à la suppression du service militaire, 61% des Français regrettent sa suspension. Là encore, en fonction de l’âge des personnes interrogées, le sentiment n’est pas le même. Ainsi, seulement 41% des moins de 35 ans – et le pourcentage tombe à 28% pour les 18-24 ans – estiment qu’il ne fallait pas supprimer le service militaire obligatoire. Parmi les catégories sociales qui ne regrettent pas le passage sous les drapeaux, on retrouve une nouvelle fois les cadres supérieurs et les professions libérales. Près de 64% des personnes interrogées faisant partie de ce milieu ne sont pas favorables à la conscription.

Bien que décidée par Jacques Chirac, l’abandon du service militaire est regretté par 66% des sympathisants de l’UMP et 71% des électeurs de Nicolas Sarkozy au premier tour de l’élection présidentielle de 2007. A gauche, 63% des personnes se disant proche du Parti communiste partagent également se sentiment.

Enfin, 66% des personnes interrogées souhaitent « maintenir les unités militaires dans les communes car elles contribuent à la vie des territoires même si cela représente un coût de fonctionnement. » Le regroupement des unités, qui est une des mesures phares de la réforme des armées, ne fait donc pas l’unanimité. Elle divise même les sympathisant de l’UMP (49% y sont favorables contre 51%). Plus généralement, 74% des personnes se disant proches de la gauche souhaitent que les armées continuent à « faire de l’aménagement du territoire ». Ce pourcentage est de 70% pour celles et ceux qui ne revendiquent aucune proximité politique.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].