Le financement des Opex pour 2008 n’est pas encore assuré

Depuis 2005, le coût des opérations extérieures (opex) auxquelles participe l’armée française est en constante augmentation. Or, lors des débats portant sur la Loi de finance initiale (autrement dit, le budget de l’Etat) et plus particulièrement sur les crédits accordés au ministère de la Défense, les dépenses prévues pour financer ces engagements se révélent au final toujours insuffisantes.

Le budget de l’année 2007 n’a pas échappé à la règle : le coût des opérations extérieures a été, à l’époque, estimé à 375 millions d’euros alors qu’il a en fait atteint 685 millions. Pour combler cette différence, le ministère de la Défense a donc été contraint de puiser dans ses crédits d’équipements, comme il l’a déjà fait à plusieurs reprises par le passé (hormis en 2003 et en 2004). Cela peut expliquer en partie la vetusté de certains véhicules en dotation dans les unités ou la difficulté de se procurer des matériels essentiels pour la protection des troupes françaises justement engagées dans ces opérations extérieures.

Il n’y a guère de raison que les choses soient meilleures pour 2008. Le ministre de la Défense, Hervé Morin, a récemment avancé, lors d’une audition devant une commission de l’Assemblée nationale, que le coût des opex serait de 880 millions d’euros pour cette année. Seulement, cette estimation est inférieure à celle donnée par le député Michel Grall, qui, dans un avis présenté, le 19 juin, au nom de la commission de la défense nationale et des forces armées, a avancé la somme de 928 millions d’euros. Quoi qu’il en soit, l’on est bien loin des 460 millions (*) inscrits au budget 2008 en prévision des dépenses liées aux opérations extérieures.

Mais là où le bât blesse, c’est que ce surcoût lié aux opex n’est actuellement pas financé. La situation serait même « inquétante » pour le député Michel Grall. « Si le mécanisme de 2007 se reproduit, les crédits d’équipement seront encore amputés de plusieurs centaines de millions d’euros », écrit-il. Le parlementaire en appelle d’ailleurs au maintien des « crédits de titre 5 (ndlr : équipements) en finançant l’intégralité du surcoût OPEX par des ouvertures de crédits en loi de finances rectificative. »

Pour 2009, la facture des Opex risque d’être encore plus élevée que celle de cette année : son montant pourrait dépasser le seuil du milliard d’euros, notamment en raison du renforcement des troupes françaises en Afghanistan. Pour le prochain projet de loi de finances initiale, le ministre de la Défense compte demander seulement « 500 ou 550 millions d’euros », soit à peine plus de la moitié de ce qu’il faudrait.

(*) Le projet de loi de finances initiale pour 2008 prévoyait 375 millions d’euros pour le financement des opex. L’avis présenté par le député Michel Grall indique la somme de 460 millions d’euros.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].