Le Hezbollah est accusé d’entraîner des miliciens chiites radicaux irakiens

Selon l’armée américaine, des militants du Hezbollah libanais formeraient militairement des membres de milices chiites radicales irakiennes dans un camp proche de Téhéran et appartenant à la Force Qods, une unité iranienne du Corps de la garde révolutionnaire, déjà soupçonnée par Washington d’être impliquée indirectement dans les violences en Irak en livrant des armes aux insurgés.

« Nous avons de multiples détenus qui affirment que le Hezbollah libanais fournit un entraînement à des Irakiens dans des camps iraniens de la Force Qods près de Téhéran » a déclaré à l’Associated Press le colonel Donald Bacon.

Les militaires américains s’appuient notamment sur des informations provenant d’interrogatoires menés séparément de quatre miliciens chiites faits prisonniers en Irak. L’Iran a rejetté les accusations américaines en faisant valoir que la présence de forces militaires étrangères est la cause des violences en Irak.

Depuis fin mars, le troupes irakiennes et américaines affrontent les combattants des milices du chef chiite radical Moqtada Sadr. Officiellement et rien que pour le mois d’avril, le bilan des combats à Sadr City, située dans la banlieue de Bagdad, est de plus de 900 morts.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].