Les Suisses n’auront pas de nouveaux F-18

(c) Swiss Air Force

La Suisse a lancé dernièrement un appel d’offre afin de remplacer ses Northrop F-5 E Tiger Vieillissants. Plusieurs avions étaient encore en lice il y a peu : le Rafale de Dassault Aviation, le JAS-39 Gripen de Saab, le Typhoon du consortium européen Eurofighter et le F-18 E/F Super Hornet de Boeing. Ce dernier pouvait être considéré comme favori, étant donné que les forces aériennes suisses utilisent déjà 33 F-18 A/C.

Seulement, le 30 avril, l’avionneur américain a fait avoir aux autorités helvétiques qu’il se retirait de la compétition pour une raison qui peut paraître surprenante : le F-18 E/F serait trop avancé pour les besoins de la Suisse, dont les exigences, selon le porte-parole de Boeing seraient trop « simples ». Ainsi, l’armée de l’air suisse n’aurait pas demandé la dernière version du radar qui équipe l’appareil.

Les motivations d’une telle décision ont de quoi laisser perplexe. Ce retrait pourrait être une façon de faire comprendre à d’éventuels acheteurs, dont le marché serait plus important comparé à celui de la Suisse avec ses 25 avions à remplacer, que le F-18 Super Hornet serait un appareil nettement plus performant que tous ses autres concurrents. Boeing est en lice en Inde, par exemple, pour remplacer 126 Mig-21.

Cela étant, cette impasse de Boeing ne remet pas pour autant son contrat pour la modernisation prévue cette année des F-18 A/C en dotation dans les forces aériennes suisses.

Par rapport à la première version du F-18, le Super Hornet est un quart plus grand, peut emporter 30% de plus de carburant, ce qui augmente son rayon d’action de 40% et dispose d’une nouvelle motorisation nettement plus puissante.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].