Quand le feu nucléaire menaçait Lyon

La lecture des archives militaires de l’ancienne Tchécolosvoquie ont de quoi faire froid dans le dos. Dans un livre paru le mois dernier, l’historien Petr Lunak, aujourd’hui diplomate à l’Otan, révéle une partie de leur contenu qui a été déclassifié en 1997 par la République Tchèque.

Avant la chute du Mur de Berlin qui a amorcé l’éclatement du bloc communiste, la Tchécoslovaquie faisait partie du “Pacte de Varsovie” qui se voulait alors le pendant de l’Otan des Occidentaux.

Dans le cadre de cette alliance, l’Armée rouge avait alors chargé les militaires tchécoslovaques, en cas de guerre, d’envahir la France et de conquérir un territoire allant de la Franche-Comté à Lyon, en passant par le sud de l’Allemagne de l’Ouest. Le tout dans une délai de huit jours. Une fois la conquête de Lyon assurée, l’Armée rouge devait relever les Tchécoslovaques pour poursuivre l’offensive jusqu’aux Pyrénées.

Ce plan, arrêté le 14 octobre 1964 et toujours en vigueur en 1986, c’est à dire lors de la Perestroïka de Gorbatchev, prévoyait l’emploi éventuel de 130 armes nucléaires sur la région lyonnaise en cas de difficultés. Il semblerait que les pertes humaines aient été le cadet des soucis des stratèges, l’important pour eux étant d’infliger le plus de dégâts possible aux Occidentaux.

Même après l’effondrement du communisme, le plan serait resté en vigueur mais dans une version plus édulcorée. Ce n’est qu’en janvier 1990 que, sur décision du président de la République Tchèque, l’ancien dissident Vaclav Havel, toutes les mentions à des cibles allemandes et françaises ont été abandonnées.

Référence : « Planification de l’impensable-Projets de guerre tchécoslovaques 1950-1990 » – Petr Lunak – Éditions pragoises DokoranEn savoir plus : Lyon était sous la menace nucléaire tchèque [Lefigaro.fr]

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].